Retour aux artistes

flamenco Danseur

Macarena Ramírez

Chiclana de la Frontera naturel, formé Macarena Ramirez Maribel Gallardo au Conservatoire de Cadix et a continué la formation dans les arts de la scène, l'étude des arts visuels Pédagogie et danse au Rey Juan Carlos I de Fuenlabrada (Madrid) Université.

Chiclana de la Frontera naturel, formé Macarena Ramirez Maribel Gallardo au Conservatoire de Cadix et a continué la formation dans les arts de la scène, l'étude des arts visuels Pédagogie et danse au Rey Juan Carlos I de Fuenlabrada (Madrid) Université.

Comme un enfant Macarena Ramirez a excellé en tant qu'artiste et danseuse, devenant l'un des danseurs de la compagnie d'Antonio el Pipa en 2002, qui participe à la « Puertas Adentro », « Dance Cali » et « De tablao ». Elle a également joué Lola Flores comme un enfant dans le film "Lola, la película".

En 2010 Macarena est décerné une bourse par le Centro Andaluz de Danza et a fait sa première tournée internationale avec Mariana Cornejo par les Pays-Bas, a également participé à l'enregistrement du film « Verde que te quiero verde » avec Cristina Hoyos. Le film raconte l'histoire d'une fille qui est la fille d'immigrants et est coincé dans un monde glauque de la drogue, et il arrive un moment où vous décidez d'aller voir sa grand-mère à Grenade (Cristina Hoyos), qui a école de danse, pour aller de l'avant avec sa vie à travers le flamenco.

Par la suite Macarena Ramirez a commencé à travailler avec quelques-uns des personnages les plus importants de la scène flamenco, ce qui llevaa des festivals les plus importants en Espagne, que ce soit seul ou dans le cadre d'un spectacle.

Participation au Festival de Jerez avec le spectacle "Viva Jerez", produit par la Fondation Teatro Villamarta en collaboration avec l'Agence andalouse pour le développement du flamenco. Il compte avec Antonio el Pipa, La Macanita et Jesús Méndez comme artistes invités, avec la chorégraphie de Javier Latorre et les compositions de Paco Cepero. Il a également participé à la Bienal de Sevilla à la section des jeunes espoirs appelé « Flamenco vient » avec Paloma Fantova, où il a recueilli un grand succès pour la joie, pour farruca et solea. Elle a joué l'année suivante à la Biennale de Malaga en tant que danseuse solo dans le spectacle présenté par Antonio el Pipa.

Pendant ce temps, il collabore aussi avec Sara Baras dans le spectacle « La Pepa » imprime à base de dramaturgie flamande représentant Pepa Cadiz (1810- 1812), l'horreur de la guerre, la beauté de leurs terres, l'importance de créer une constitution historique dans le monde; influence, espoir, joie, volonté de vivre et liberté. danse flamenco avec des détails en pointillés Gaditanos décrivant le caractère particulier du peuple de cette terre bénie et conduisant à une « Pepa » d'aujourd'hui, 200 ans plus tard.

Peu de temps après, il rejoint la compagnie de María Pagés avec le spectacle "Yo, Carmen". Le personnage de Bizet est le début d'un spectacle qui cherche à désarmer les stéréotypes inculqués depuis des siècles pour faire taire l'essence de la vraie femme. Une femme qui parle des femmes, avec les bords qui les façonnent et les soutiennent. La réflexion chorégraphique de Pagés cherche à confronter le mythe et à le priver de l'image préfabriquée que nous avons tous incorporée pour montrer sur scène un son plus précis et plus véridique.

Compagnie de danse Macarena Ramírez
Elle a récemment commencé sa carrière en tant que chorégraphe, créant sa propre compagnie de flamenco et présentant ses deux premiers spectacles: "8 letras, 8 palos" et "Recuerdos". Grâce à « Memories », l'artiste pénètre dans la peau d'un vieux retrait de danseur, rappelant sa jeunesse en tant que danseuse et artiste, la vie qui a dû démissionner pour se consacrer à sa famille. Macarena Ramírez a l'intention, à travers la danse, de rendre hommage à toutes ces femmes qui ont dû quitter leurs rêves pour se consacrer à leur famille.

Il est accompagné dans son voyage à travers les souvenirs de son casting d'artistes: José Zarzana du piano, David Carpio et le chant mai Fernandez, Pascual de Lorca et Juan José Alba toucher, Emilio Martin sur le violon et Jero Bellido en tant que technicien d'éclairage.

Il a combiné ses tournées avec des performances dans les tablaos les plus importants de l'Espagne, comme le Corral de la Moreria qui vient d'arriver pour commencer une collaboration avec Tablao Flamenco Cordobes Barcelona.

Interview publiée dans le Diario de Jerez (2/3/2013)
Il a seulement 20 ans sur scène, mais ressemble beaucoup plus, parce que si quelque chose a Macarena Ramirez est une forte personnalité, un atout précieux lorsque vous voulez être un artiste. Après avoir brillé l'année dernière à Jerez Viva!, Le chiclanera aura sa chance ce soir Company, où il des artistes tels que David revêts Carpio, Pascual de Lorca et piano Joseph Zarzana, entre autres.

-Nerveux alors que le grand jour approche ...
-Oui, je me sens déjà nerveux et demain -pour aujourd'hui- je suis sûr que je serai attaqué. La vérité est que je suis très reconnaissant qu'ils se souviennent de moi pour être dans cette grande fête.

"Il l'aura gagné aussi, n'est-ce pas?"
Eh bien, vous faites ce que vous pouvez, l'an dernier dans le spectacle tout le monde « Viva Jerez » ai bien parlé de seguiriya avec bata de cola je l'ai fait et cela m'a donné un coup de pouce.

- Comprenez-vous que c'est une opportunité?

-Bien sûr parce qu'ils vous donnent une salle d'entreprise dans un Festival de Jerez n'est pas habituel. Quand ils m'ont appelé, j'étais très content parce qu'ils t'appelaient avec toutes les bonnes personnes qui dansent, c'est une joie. Honnêtement, je ne crois toujours pas que j'ai été appelé.

-Vous avez l'habitude de travailler avec des entreprises, mais quand il s'agit de tout préparer, est-ce très différent quand on le fait seul?
- Il est clair que ce n'est pas la même chose d'être sous la protection de personnes comme Antonio El Pipa, Viva Jerez ou Sara Baras qui dansent seules. La responsabilité vous appartient et je la prépare donc. Aussi, cette fois ce sera la première fois que je danse dans la Sala Compañía parce que je l'ai toujours fait à Villamarta. Pour la première fois les gens vont me voir danser et ça s'impose.

-Que craignez-vous de plus?
-Pour la danse elle-même parce que toutes les danses que je fais sont difficiles à interpréter, par exemple, je veux faire des joies avec une bata de cola et un châle et que, peu importe comment tu l'as, comment le châle t'attache. Alors je ferai des soleá et des seguiriyas, qui sont deux des bâtons que j'aime le plus.

-Nana, seguiriyas, soleá ... N'est-ce pas trop triste?
- (Rires) Peut-être, mais c'est la réalité d'une femme qui doit la laisser danser pour sa famille et son mari.

- Et pourquoi cette histoire parce qu'il n'est pas normal pour une fille de 20 ans de concentrer sa danse sur des hommages comme ça?
- Simplement parce que j'ai rencontré plusieurs femmes qui ont quitté la danse pour ça. Pourquoi est-ce que je le fais? Parce que cela m'est venu à l'esprit et je pense qu'ils méritent qu'on se souvienne d'eux.

- Voyant son casting artistique, nous voyons qu'il s'est entouré de ses personnes de confiance ...
-Bien sûr, parce que les gens de derrière sont très importants pour moi, ils doivent me remplir en jouant et en chantant. Pour cette fois, je suis très bien emballé, ce sont les gens en qui j'ai confiance.

-Pour ceux qui ne vous connaissent pas, qui est Macarena Ramírez?
-Macarena Ramírez est une fille de 20 ans de Chiclana, mais depuis l'âge de 6 ans je suis allée à Jerez, d'abord avec María del Mar Moreno et ensuite avec Antonio El Pipa. J'ai également le degré moyen de danse du Conservatoire de Cadix, et j'ai travaillé récemment avec Sara Baras. Eh bien, j'étudie également un diplôme en arts visuels et en pédagogie de la danse à l'Université Rey Juan Carlos de Madrid.

- Et as-tu le temps d'étudier aussi?
- (Rires) Oui, la vérité est que de sept sujets j'en ai seulement un, c'est pas mal.

-En dehors de María del Mar Moreno, d'Antonio El Pipa et de Sara Baras, avec qui tu as vécu plus, quelles références as-tu eu de plus dans la danse?

-Parce que je n'aime pas quelqu'un qui danse, ils doivent danser très mal, très mal, très mal. J'essaie de rester avec le meilleur de chaque enseignant. Par exemple, maintenant que je vais à Madrid pour donner des cours, j'essaie d'apprendre de tout le monde parce que j'ai encore beaucoup à améliorer. En tout cas, je regarde beaucoup chez Eva Yerbabuena, chez Rocío Molina, chez Manuela Carrasco, avec cette force qu'elle a ... Pour moi, tout le monde a quelque chose qu'ils aiment et tu essaies de le faire à ta façon, sans rien copier ni donner ta personnalité.

SOURCE: http://www.diariodejerez.es/article/xviifestivalflamencojerez/1471796/todavia/no/me/creo/me/hayan/llamado/para/este/festival.html

restaurant

Gala du réveillon du Nouvel An et soirée Flamenco

read more

Ce site utilise des cookies. Si vous continuez à parcourir, nous envisageons d'accepter son utilisation.